Lions Club Grenoble Dauphins

Lions Club Grenoble Dauphins

Conférence – Soirée Statutaire du 20/04/2010

« Coup-double » lors de la  Soirée Statutaire de notre Club Grenoble Dauphins à l'Hôtel Europole de Grenoble (38)

 

 

Deux intervenants admirables ont été accueilli lors de notre réunion statutaire du 20/04/2010 :

 

 

Intervention du docteur François SIKIRDJI, président de l'association «  le Vol de l'Aigle » :

 

Les membres du Lions Club Grenoble Dauphins ont eu le plaisir de recevoir François SIKIRDJI, devenu historien spécialisé hors pair après une intense carrière médicale grenobloise. Celui-ci a présenté un moment historique tant pour notre capitale des Alpes que pour la France, à savoir le passage de Napoléon à Grenoble, en mars 1815, lors de son retour de l'île d'Elbe.

 

Si plusieurs d'entre nous, déjà éclairés sur Napoléon, pouvaient croire bien connaître cette période, nous avons en fait tous appris beaucoup de choses, et pourrons donc sans doute espérer coller sur le sujet notre très prochain président, pourtant très cultivé sur cette période historique, et qui n'a pu assister à la conférence pour cause de « force majeure » : avions collés au sol en raison d'un nuage de cendres volcaniques d'origine islandaises, voyageant sans préavis ni visa, et qui s'impose à la mécanique qui se croit si bien rodée de notre monde occidental qui n'est habitué qu'aux perturbations liées aux mouvements sociaux….

 

Nous avons ainsi appris l'importance de l'étape grenobloise de cette marche historique, appelée « Vol de l'Aigle ». Tout d'abord le parcours choisi, qui ne devait rien au hasard, dont le choix était destiné à générer un effet de surprise, avec une arrivée à Paris plus rapide que prévu, en passant par une route difficile, donc non attendue par le nouveau pouvoir central.

 

Parti dans le plus grand secret, avec l'aide de quelques fidèles parmi lesquels on compte quelques grenoblois, c'est lors de l'étape grenobloise, entre le 6 et le 8 mars 1815, que Napoléon a retrouvé son statut d'empereur. Dès son approche de la ville, vers le lac de LAFFREY (où tout le monde a pu admirer sa statue équestre), les populations locales venaient nombreuses le soutenir en lui donnant du « vive l'Empereur ». C'est là que l'armée régulière, sous les ordres du général MARCHAND, gouverneur de Grenoble, devait stopper la progression de Napoléon. Mais c'était sans compter sur l'attachement de ces soldats, qui avaient combattu avec l'empereur, et n'ont pu non seulement se résoudre à remplir leur mission en servant le pouvoir royal, mais se sont ralliés à lui, criant « vive l'Empereur », soldats et officiers dans un même mouvement, répondant à sa sollicitation personnelle, Napoléon descendant de cheval et venu à pied susciter le ralliement de ces hommes à qui on venait de donner l'ordre de tirer….

 

Dès lors, plus d'obstacle à la progression de cette armée dont la marche grossissait chaque jour d'une population locale de plus en plus nombreuse venue en soutien. Ce n'est pas une station de quelques heures, devant la porte de la ville de Grenoble, (porte de Bonne) restée fermée sur ordre du général MARCHAND, qui a changé grand-chose : juste le temps pour susciter  quelque inspiration pour les peintres historiens. Napoléon a passé sa première nuit à Grenoble à l'hôtel des 3 Dauphins, devenu depuis « l'Auberge Napoléon ».

 

C'est donc en Empereur qu'il va quitter Grenoble, pour se diriger vers Lyon puis Auxerre, que Napoléon remonte vers son destin qui va sceller celui de la France, et reconquérir un pouvoir dont on sait qu'il ne va durer que 100 jours, marche de reconquête comprise. C'est le 20 juin qu'il va entrer dans Paris, le 25 à Malmaison où le souvenir de Joséphine, décédée l'année précédente, va formaliser une fin très rapide. Croyant en un exil vers les Etats-Unis, il se rend aux Anglais qui vont l'exiler à Sainte Hélène, où il va assez rapidement mourir vraisemblablement des suites d'un ulcère stomacal perforé.

 

Cette épopée magnifique, ce dernier « Vol de l'Aigle », présenté par François SIKIRDJI avec une richesse de détails et un exposé du contexte, donne à cet épisode Napoléonien une cohérence historique d'importance, dont l'organisation a rappelé à plusieurs égards la période de la Résistance lors de la dernière guerre mondiale.

 

Retrouvez, dans le diaporama ci-dessous, quelques photos réalisées lors de la présentation de François SIKIRDJI…

 

 

Pour agrandir, double-cliquer sur une des photos, puis cliquer sur "Plein écran" (en haut à gauche du nouvel écran affiché)...

 

 

Enfin, pour ceux qui souhaitent plus d'informations, la consultation des liens suivants leur permettra un rappel des faits :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cent-Jours

 

http://www.auberge-napoleon.fr/index.adml?r=1005

 

 

Place au repas, où innovation oblige, Chantal DELVALLEE, notre chef du Protocole, a fait mettre en place une nouvelle formule de service : Buffet de hors d'œuvre en libre-service, suivi d'un plat chaud servi à table, puis buffet de desserts.

 

 

Intervention de Charlotte AVIAS, Lauréate du District 103 Centre Sud du Concours d'Eloquence 2010, bien partie pour remporter le titre national !

 

Juste avant le dessert, notre club donne la parole à Charlotte AVIAS,  lauréate du District 103 Centre Sud pour le Concours d'Eloquence 2010 présentée par le Lions Club Grenoble Porte de France.  Voir la suite...

 

 

 

N'oublions pas de signaler la présence appréciée de notre ami Gérard YSERN, représentant le Lions Club de Voiron, qui, en tant que passionné d'histoire sur Napoléon, nous a honoré de sa présence

 

 

 

 

Retour à l'Accueil

 

Dernière mise à jour le 05/05/2011 



21/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres